J’ai parfois hâte d’être à ce jour où…

Suivez moi

images-1Quand je passe 3 heures de mon aprèm à ranger les jouets qui traînent, à aspirer miettes et compagnie, puis passer la serpillère deux fois pour bien décoller les tâches incrustées, à plier du linge, à laver les traces de doigts sur les portes des placards et les carreaux… Et qu’en rentrant du tennis avec papa, les Petits de Ouf ont tout resali illico rien qu’avec un minus goûter…  Ca me met dans une telle colère et oui, j’aimerai avancer le temps et que les Petits de Ouf soient plus grands !

Et là m’accordant une pause blog au lieu de réviser (pas bien), je lis un billet d’une cop’s blogueuse sur les saturations éphémères de mamans… ça m’a fait tilt : je ne suis pas la seule, mais personne n’en parle vraiment ! J’ai eu envie d’en parler (juste pour me faire du bien, parce que l’écrire, ça me soulage) !

Pourquoi ai-je souvent envie que mes enfants soient plus grands et pourquoi n’arrive-je pas à profiter du moment présent, de ce moment – qui va si vite passer- où les enfants nous font voir la vie avec leurs yeux naïfs et pleins d’amour ? Pourquoi n’arrive-je pas à, comme Papa de Ouf me le conseille et me le rappelle, à profiter des enfants chaque jour afin de les rencontrer vraiment tels qu’ils sont et non comme j’aimerai qu’ils soient. Pourquoi parfois, ai-je envie de les laisser sur place (de les donner) et de m’en aller quelques heures ? Pourquoi avoir des enfants n’est pas que du bonheur ?

j’ai bien conscience que tous les moments passés ne reviendront plus,  qu’à peine, je vis les choses que déjà, elles font partie d’un temps révolu.

En fait, ce n’est pas tellement Louise que j’ai envie de voir grandir, c’est surtout les garçons ! Je n’en peux plus de leurs caprices, de leurs colères, de leurs comparaisons et de leurs négociations sans fin pour des choses idiotes comme un tatouage, une sacoche de goûter, la couleur du manteau à mettre…  J’en ai marre de répéter DIX fois par jour, les règles de la maison, gérer les négociations, cela m’épuise et m’éviscère ! peut-être ne suis-je pas fait pour être maman, ou peut-être suis-je une mauvaise mère ?

Grand-Mouf et ses soeurs (mes tantes) me disent qu’ils ont beaucoup progressé et changé ces 18 derniers mois (depuis que je suis à la maison avec eux dès la sortie de l’école) : « maintenant, ils disent bonjour et au revoir, sont plus zen, compréhensifs »… mais à quel prix pour moi ! Certes, le temps passe vite, Louise a déjà franchi toutes les étapes, et elle galope comme un petit cabri. Et oui je sais qu’il faut que j’en profite. Mais parfois, j’y arrive pas et je culpabilise.

Unknown Il y a des jours où « profiter » est presque du gros mot, parce que tout n’est pas plaisir et bonheur. Parce que certains jours, tout part en vrille et qu’on ne comprend pas pourquoi les enfants ne comprennent qu’il ne faut pas sauter sur les canapés, se lever de table avant la fin du repas…. Oh, mais je vais faire un règlement intérieur, moi si cela continue !

Je craque parfois, souvent à cause de la fatigue, du stress et de la lourdeur de gestion des 3 kids. et puis avec mon projet actuel, je suis un peu seule et je vois peu d’adulte aussi dans la semaine.

Et alors, là, la seule soupape que j’ai trouvé,  c’est de m’évader en pensées et me dire  « Vivement dans un, deux, cinq, dix ans ». je me projette pas à un temps ou ils seront adultes, mais juste au temps où ils pourront exprimer leur tracas par autre chose que des grognements et des pleurs… au temps où ils pourront gérer leur fatigue et ne pas nous faire vivre un calvaire le dimanche, parce que le samedi soir, on les a autorisé à se coucher à 21H30…

Je rêve du jour où :

  • Notre salon ne sera plus une annexe de la salle de jeux et où l’on aura enfin une étagère qui ressemble à une étagère avec des La Pléiade bien ordonnés (que j’aurai bien-sûr eu le temps de tous les lire)
  • Ma cuisine sera rutilante et je ne balayerai pas après chaque repas. Je pourrai javelliser mon frigo et détartrer ma bouilloire chaque mois.
  • Mes vitres seront sans traces et bien propres.
  • Je ne passerai pas des heures à tester tous les détachants du supermarché pour savoir lequel d’entre eux exterminera les tâches de purée de carotte.
  • Le panier à linge sale sera dompté !
  • Notre voiture ressemblera à une voiture, sans bouchons de Pom’potes parterre et reste d’une tempête de sable.
  • Je pourrai lire pénard mes La Pléiade sur un canapé ou un transat sans avoir à me lever pour aller les aider au toilettes, leur donner un verre d’eau etc..
  • Je pourrai reprendre des appels téléphoniques entre 19h et 21h sans « Ça suffit, moins de bruit, maman est au téléphone ! ».
  • Je pourrais aller aux toilettes la porte fermée sans entendre pleurer juste derrière.
  • J’aurai perdu mes trois kilos de grossesse qui s’accrochent sur mes hanches et je prendrai le temps de me faire un gommage sous la douche.
  • Je ne crierais plus « Moins de bruiiiiiit ! », « Arrête d’embêter ton frère ! », « Ça va mal finiiiiir », « A table ! J’ai dit, à taaaaaable ! ».
  • Je ne cuisinerai plus de nuggets et je ne ferai plus de petit volcan avec la purée
  • Je pourrai boire un café avec une copine  et bénéficier d’une conversation en entier.
  • On pourra aller exceptionnellement au resto le soir pour un anniversaire sans que le lendemain soit compliqué.
  • Je n’aurai plus de verres Monsieur Madame, ni de dentifrice à la fraise, ni de brosse à dents électrique Cars.
  • On pourra faire un grand voyage itinérant à 5 en déjeunant à 14h (sans crise)

 

Ce temps là sera un autre temps, une étape différente, tout aussi agréable, mais peut-être  moins énergivore. Même si j’aime mes enfants plus que tout et que j’ai choisi d’être avec eux pour profiter de tout cela (de leurs rires, désordre, états d’âmes) et pour pouvoir suivre leur quotidien et les voir grandir chaque jour… vraiment, parfois, c’est pas facile et j’ai hâte être à demain.

Et puis, quand ce jour-là, sera là, bizarrement, je me dirai que tout est passé trop vite et que je n’en ai pas tellement profité !

 

Suivez moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>